Le Visage de Florent Marotta

Bonjour à toutes et à tous.
 
Aujourd'hui nous allons nous entretenir avec Florent Marotta, à l'occasion de la sortie de son livre Le Visage de Satan (chez Taurnada Éditions), qui nous permet de retrouver Gino Paradio, son personnage fétiche, pour un thriller délicieusement satanique...
 
Mais qui est Florent Marotta ? ...

 

« Florent Marotta est né dans la Loire en 1976. Après une première carrière sous les drapeaux où il passe successivement de soldat à officier de police judiciaire, il œuvre maintenant au sein d'une mairie. Son amour pour l'écriture le pousse à composer des fictions sous forme de thriller ou de fantasy. »

 

Essayons d'en savoir un peu plus...

 

 

Taurnada : Quel est votre style de lecture ?

Florent Marotta : Je lis principalement du Thriller et de la Fantasy. Mais il m’arrive parfois de succomber aux sirènes de la popularité et de tenter un classique ou un « roman du moment ». Par exemple, le dernier de ce genre est Les gens heureux lisent et boivent du café.

 

T. : Quelles sont vos motivations pour l'écriture ? Est-ce un passe-temps, une passion, etc. ?

F.M. : Je considère l’écriture comme une passion et une nécessité. J’ai des histoires et je ressens le besoin de les écrire et vous savez quoi ? Je le fais. Mais j’ose dire que je suis aussi motivé à l’idée du roman qui touchera le plus grand nombre.

 

T. : En tant qu'écrivain, quel est votre genre littéraire de prédilection ?

F.M. : Disons que j’écris ce que je lis. Je n’ai écrit que des Thrillers et de la Fantasy. Néanmoins fourmillent en moi des idées de littérature dite « blanche », mais ce sera quand les journées feront 72 heures !

 

T. : Quelles sont vos sources d'inspiration ?

F.M. : La colle ! Difficile comme question tellement les sources sont nombreuses. Tout d’abord, sans les écrivains que j’ai lus, je n’écrirais probablement pas. Ma première pensée va à Terry Pratchett tout récemment décédé. Mais pour l’inspiration, la matière, cela vient de n’importe où. Des infos, du vécu, de la vie en somme.

 

T. : Dans quelles conditions écrivez-vous ? Avez-vous un rituel ?

F.M. : À mesure que je m’affirme j’évolue. J’ai tout d’abord commencé à écrire de manière anarchique avant de m’imposer un cadre, une discipline. Les nombreux appareils mobiles permettent maintenant d’écrire n’importe où. Ce que je fais donc, en pause de midi, en attente je ne sais où. Mais je préfère quand même le calme de mon salon quand la maison est endormie.

 

T. : Écoutez-vous de la musique en écrivant ? Si oui, quel genre ?

F.M. : Non aucune musique. J’ai la fâcheuse tendance à chantonner et cela me déconcentre. On m’a conseillé la musique classique. Il faudrait que j’essaie.

 

T. : Comment conciliez-vous vie courante et travail d'écriture ?

F.M. : En essayant de faire pour le mieux. Écrire est un acte solitaire qui de fait exclut l’entourage. Sans parler des personnages, des situations et des réflexions que cela convoque. Dans la vie de tous les jours je travaille et je m’occupe de mes enfants, le reste du temps j’écris dès que je le peux.

 

T. : Attendez-vous que le livre soit entièrement terminé pour le faire lire à vos proches ?

F.M. : En général oui.

 

T. : Comment vous est venue l'idée du roman « Le Visage de Satan » ?

F.M. : Le Visage de Satan fait appel à mon personnage favori Gino Paradio. Ce dernier n’en avait pas fini avec le champ de ruines qu’est sa vie. Je lui devais bien une suite. Et puis il y a eu la fin du monde, enfin disons que celle-ci nous a posé un lapin. Le reste est une alchimie complexe que je m’explique difficilement.

 

T. : Combien de temps avez-vous mis pour l'écrire ?

F.M. : Environ 6 mois. Et plusieurs encore pour relire.

 

T. : Avez-vous déjà l'idée d'un prochain livre ?

F.M. : Depuis Le Visage’ j’en ai écrit un qui est un roman de Fantasy à tomes. Je suis en train de finir aussi un roman d’action avec un nouveau personnage.

Merci à Florent de nous avoir dévoilé un peu plus son Visage ; le 04/10/2015.
 

Le Visage de Satan, disponible à partir du 7 décembre 2015 en version papier & numérique.

 

La version papier est commandable dès aujourd'hui sur notre site, frais de port à 0,01 € jusqu'au 31 décembre 2015 !
 
Bonnes lectures et à bientôt...

Le Visage de Satan, de Florent Marotta

Écrire commentaire

Commentaires : 0