Haut le chœur

Gaëlle Perrin-Guillet

 

« Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… Je saurai te retrouver. »
Depuis qu'Éloane Frezet, la tueuse en série la plus abjecte de ces dernières années, a prononcé ces mots, Alix Flament vit dans l'angoisse que la criminelle sanguinaire s'évade de prison...
Alors, quand la journaliste reçoit un coup de téléphone d'Éloane en pleine nuit, elle comprend que la meurtrière va honorer sa promesse...
Une promesse de sang...

 
DISPONIBLE LE
14 mars 2019

(Version papier)

9,99 €

  • 0,2 kg

La version numérique est vendue 5,99 € par nos partenaires

                        


Thriller

Collection Le tourbillon des mots

Langue : Française

Date de parution : 14 mars 2019

Disponible en version papier & électronique

Format(s) : Poche (11x18 cm), EPUB & MOBI

Nombre de pages : 244 pages (Papier), ? pages env. (EPUB & MOBI)

ISBN : 978-2-37258-052-6 (Papier), 978-2-37258-053-3 (EPUB & MOBI)

EAN : 9782372580526 (Papier), 9782372580533 (EPUB & MOBI)

Née en 1975, Gaëlle Perrin-Guillet, depuis toujours amatrice de thrillers et polars, s’essaie à l’écriture au début des années 2000. Aujourd'hui, après plusieurs romans très appréciés par les lecteurs, l'un de ses écrits désormais introuvable, Haut le choeur, Prix du Polar 2014 Dora Suarez, est réédité par les éditions Taurnada.


Un extrait au format PDF : Télécharger [177 Ko]

Un extrait au format EPUB : Télécharger [264 Ko]

Un extrait au format MOBI : Télécharger [292 Ko]


Le presse, les blogs, etc. Ils en parlent... ICI.


La bande-annonce du roman Haut le choeur ICI.

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    nanet (samedi, 02 mars 2019 16:11)

    En bref : Un très bon thriller que j’ai lu en très peu de temps. Je vous le conseille vivement.

  • #2

    Mélissa #LKM (dimanche, 17 mars 2019 15:22)

    Souvent, lorsqu’on fouille dans le passé des tueurs en série, on trouve des signes annonciateurs. Un détail, que tous avaient manqué à l’époque, mais qui prédisait les drames à venir. Un trait de caractère, parfois pris pour de la timidité, qui allait voir naître des sociopathes. Mais qui aurait pu penser qu’Éloane Frezet deviendrait une serial killeuse ? Une femme brillante, issue d’une cellule familiale idéale, qui aurait pu faire médecine mais qui s’est préférée infirmière. Du jour au lendemain, elle a basculé dans la folie meurtrière. Une mauvaise rencontre. Celle qui lui fait dire aujourd’hui qu’elle tue « par amour ».

    Avec à son actif douze meurtres en moins de deux ans – hommes, femmes, enfants – Éloane Frezet est l’une des plus dangereuses criminelles de l’Hexagone. L’une des plus malines aussi, car elle a réussi à s’évader de prison. C’est sous une chaleur inhabituelle pour une nuit de mai que la chasse est lancée. Dans la ligne de mire de la « star du jour » : Alix Flament, la journaliste à qui Frezet a accordé de longs entretiens depuis sa cellule. Ce sont ces confessions rapportées qui ont influencé le juge et balayé la remise de peine attendue par Frezet. L’heure de la vengeance a sonné, et Éloane doit poursuivre son « œuvre inachevée »…

    Si vous pensiez prendre le temps de vous mettre dans l’histoire, de faire un peu connaissance avec les personnages, oubliez ça tout de suite. Ça démarre en trombe dès la première page, et vous ne jouerez pas du frein avant d’avoir refermé le bouquin. « C’est nerveux ! », voilà ce que je me suis dit, et ça m’a plu. Peut-être les adeptes entendront-ils un « Bonsoir, Clarisse[1] » derrière la voix d’Éloane Frezet, mais Gaëlle Perrin-Guillet ne se borne pas à exploiter le filon. Elle a mis beaucoup de finesse dans le duo Éloane/Alix et elle fait montre d’une sacrée imagination. Dites, miss Perrin-Guillet, vous seriez pas un peu tordue tout de même ? Prenez-le comme un compliment. Haut le chœur m’a surprise. Je reproche parfois aux romans féminins de se perdre en détails et ne pas aller assez loin, mais cette fois-ci, je me suis agréablement prise au jeu sans un bâillement, et sans anticiper le dénouement. Sanglant comme il faut, un bon thriller à découvrir.


TVA non applicable, article 293 B du CGI